LES ORIGINES DE L’HUMANITÉ

Par Sam's • 13 mar, 2015 • Catégorie: ARCHIVES, LES PLUS POPÜLAIRES, META HISTOIRE

Concernant les Sumériens, les Anounakis
et l’origine de l’homme sur terre :

Dans la Génèse, 4:24 il est dit :

« Quand le nombre des hommes commença a augmenter sur Terre, et qu’il leur naquit des filles, les fils de Dieu… »
Pluriel : « les fils de Dieu… »
«… virent que les filles des hommes était belles et ils épousèrent… n’importe laquelle qu’ils choisissaient. »
« Les Nephilims étaient sur Terre en ces jours… »
Ce qui veut dire qu’ils n’étaient pas de la Terre. Ok ? nous explique Nassim Haramein.
Et ensuite également : « Et les fils de Dieu allèrent vers les filles de l’homme et eurent des enfants avec elles. »
« Ce furent les Héros des temps anciens. Hommes de grand renom. »
» Alors, poursuit Nassim Haramein, ceci décrit les fils de Dieu qui vinrent sur la Terre, donc ils n’étaient pas de la Terre, et eurent des enfants avec les femmes de la Terre.

J’ai (Nassim Haramein) commencé à réaliser : « Attendez une minute… »
Ce système planétaire a-t-il été ensemencé ?
Vous savez ça a commencé à… Vous savez en anthropologie il nous manque un lien énorme entre les anciens néandertaliens et ainsi de suite et l’homo sapiens moderne. »

Et si l’homme ne descend pas du singe, n’a-t-il pas été ensemencé par Elohim, les fils du soleil : ceux qui viennent du ciel ?

D’ailleurs, Anton Parks en parle dans son livre « Le Testament de la Vierge ».
Toutes les civilisations ayant, soit disant construit des pyramides (Égyptiens, Mayas, Incas …), toutes vouaient un culte et une adoration aux Dieux du Soleil, c’est à dire en clair, venant de l’espace.

Nassim Haramein nous en dit plus, notamment par l’étude des temples des anciennes civilisations. Il démontre de manière implacable qu’il est impossible que celles-ci aient pu et eue les moyens techniques de construire ces monuments sans une technologie très avancée … voir à partir de la partie 2 jusqu »à la partie 3 de cette vidéo :

A propos de « LA DOUZIÈME PLANÈTE » — La surprenante et véritable Première Chronique de la Terre !
» Cette extraordinaire histoire, la nôtre depuis 500.000 ans, n’est pas de la science-fiction !

Aujourd’hui, elle révèle que des astronautes bien plus sophistiqués que les nôtres sont venus et revenus sur Terre et ont fait chaque fois brusquement évoluer l’humanité.
Une vision de Nostradamus du passé ? Non, Zecharia Sitchin est l’un des rares spécialistes capables de lire et de comprendre l’écriture cunéiforme et, en se basant sur les archives sumériennes d’il y a 6.000 ans, il déclare en 1976 : « Il y a une planète de plus dans notre système solaire ! ». En 1982, le satellite IRAS signale la course vers la Terre d’un large astre « inconnu jusqu’alors »… En 1988, les ordinateurs de la NASA calculent que son orbite passe entre Mars et Jupiter, exactement comme l’auteur l’avait déduit des documents astronomiques les plus anciens de notre planète.

Qui étaient ces dieux d’antan qui dans leurs vaisseaux sillonnaient le Ciel et la Terre ?

Ils firent l’Eden et Adam, furent amoureux des filles des hommes, protégèrent Noé, interdirent l’achèvement de la « Tour » de Babel, et enrichirent l’humanité de leurs mathématiques, de leur agriculture, de leurs lois, de leur organisation sociale et religieuse, et de l’histoire de leur vaisseau spatial principal : « LA DOUZIÈME PLANÈTE ». »

Pour affiner la recherche car les sources sont nombreuses et leurs interprétations multiples, l’auteur Jean Sendy publie en 1969 aux éditions R. Laffont, dans la célébrissime collection « les énigmes de l’univers » un ouvrage intitulé : « Ces dieux qui firent le ciel et la terre : le roman de la Bible ».

Résumé succinct du projet de nos Elohim du point de vue de l’auteur :

A la fin de la dernière ère glaciaire, autour de – 21 800, des êtres célestes se matérialisent sur Terre dans la région de l’Irak actuelle. Leur base de départ, véritable Eden, sert à éduquer et purifier les populations indigènes. Des traces de manipulations génétiques sont évidentes. Des femelles indigènes sont fécondées par des Elohim mais d’autres semblent indiquer qu’un mutant (le serpent), au terme du 6ème jour ; fassent capoter le projet en révélant à des indigènes d’Eden, la véritable identité et projet des Elohim (cf Genèse III – 4 à 5 – 22).

La révélation que les Célestes sont de même nature que les indigènes humains et que leur projet était de faire de ce serpent un « dieu » gérant de la planète ; poussent les Elohim à maudire ce « rampant » mutant et par là-même tous les échantillons humains du laboratoire Eden. Les Elohim partis ; le pouvoir est remis aux Géants [aux Néphilîms, (Génèse 4:24) aux “tombés”, aux “déchus”], descendants bipèdes d’Eden garant du savoir et de la Tradition.

En opposition aux célestes (ou anges pour les chrétiens), ces déchus apportent la lumière aux hommes, ainsi que la tradition chrétienne le propose pour Lucifer (étymologie latine : Lux « lumière » – Fero, du latin « porter ») et la tradition grecque pour Prométhée, voleur du feu divin. Le chapitre V de la Genèse expose cette généalogie de gérants légitime du savoir des Elohim.

On n’en finit pas de découvrir nos véritables origines et les différentes interprétations/traductions de la Bible ont été volontairement effacées et/ou effrontément tronquées (voir en PDF : Elohim, une autre lecture de la Bible).

Le projet des Elohim :

Le fait de traduire Elohim par « des dieux », n’enlèvent en rien le caractère unique d’une source divine, source d’amour et génératrice de la vie. Les Elohim sont la conséquences de la manifestation du projet divin. Ce sont au même titre que nous des créatures humaines ayant atteint le stade maximale de l’évolution d’une âme ; le stade maximal de vibration de la matière éthérée. A ce titre, ces « célestes » sont capables d’utiliser la force électro-magnétique pour se déplacer de systèmes en systèmes planétaires. Exit les divagations de « vitesse lumière » et autres équations de courbure de temps. Suffisamment de témoignages d’âmes nous sont maintenant parvenus pour faire concorder cette définition :
« Les 2 mondes (visible & invisible) sont composés de matière, non seulement animée d’un différent taux de vibration, mais aussi chargée d’un magnétisme différent »

Alors quid du projet ?
Si nous partons du fait que autour de chaque étoiles de l’univers gravitent une planète possédant la vie en son sein ; sur chacune de ces planètes débarquent un jour des « Célestes » tout simplement venu accomplir le dessein de chaque âme arrivée à maturation : ensemencer une nouvelle planète et ses bipèdes indigènes, afin que ces derniers, par un long processus de purification, atteignent le stade d’évolution maximale : être des dieux. Ces derniers, réduit à un nombre infime une fois la planète ayant atteint son seuil de vibration ultime ; partent à la conquête d’une nouvelle planète … le processus serait alors infini …

Klaus Dona
L’Histoire cachée du genre humain

Cette vidéo est un diaporama de 45 minutes, commenté par Klaus Dona en personne. C’est riche de données, détaillé, intense, captivant et il se peut qu’il y ait là une concentration plus importante d’informations surprenantes sur l’histoire récente de la race humaine que dans aucune des vidéos que vous ayez jamais vues.

Le voyage dans lequel nous nous embarquons couvre l’Atlantide, des humanoïdes reptiliens, les Annunaki, le symbolisme ancien, la science ancienne, une ancienne langue mondiale, et beaucoup d’autres choses encore. Il s’agit d’un matériau très étonnant, que je vous recommande vivement. Savourez.

 

Nibiru et les Annunakis

Documentaire traitant de la civilisation sumérienne, des Annunakis et de la planète Nibiru. Les découvertes archéologiques de ces dernières décennies nous ont livrées des informations capitales sur nos origines, et les plus vieux écrits de l’humanité retrouvés en Mésopotamie nous dévoilent de nouvelles données. Essayons de garder nos esprits ouverts…

Astronomie sumérienne

La Grèce antique est présentée dans nos écoles comme le berceau de notre civilisation occidentale. Considérée comme un summum culturel antique, il ne nous vient pas à l’idée que cette époque, n’est en réalité qu’une période de régressions scientifiques véhiculant les bribes éparses d’une civilisation antérieure bien supérieure encore.

Nous n’avons retenu que ce que nous pouvions en comprendre à savoir le système de Ptolémée du IIe siècle après J.-C. : notre planète est plate au centre de l’univers, avec le Soleil, la Lune et cinq planètes orbitant autour. Quant aux étoiles elles sont fixées sur la voûte du ciel. Cette représentation de notre système solaire prédominera pendant 1 300 ans jusqu’à la Révolution Copernicienne qui rétablira que la Terre et l’ensemble des planètes, tournent en réalité autour du Soleil.

Or, plus on remonte dans le temps, plus l’astronomie est précise. Au IIIe siècle avant J.-C., Hipparque et Aristarque de Samos considéraient que le soleil devait être au centre d’un système planétaire. Hipparque présentera également la précession des équinoxes, ce qui nécessitait l’utilisation de l’astronomie sphérique et l’observation de la position du Soleil dans une constellation zodiacale donnée. Or, le déplacement d’une maison zodiacale à une autre demande 2 160 ans. Il n’a pas vécu assez longtemps pour faire ce genre d’observation astronomique. D’où venaient donc ces connaissances ?

Lire la suite …

ALIENS THÉORIE - LES PREUVES

De l’origine de notre technologie, des extraterrestres, les hauts lieux d’anciennes civilisations en passant par le Bible revisitée et les textes gnostiques où il est question de l’Arche de l’Alliance, source d’une énergie incommensurable et inépuisable.
A découvrir sans préjugés, un esprit ouvert et curieux, même si les hypothèses et les conclusions proposées peuvent ébranler nos croyances et tout ce qui nous a été inculqué.

” Des êtres venus de l’espace ont attérri sur la Terre et ont partagé leur savoir avec les premières civilisations ! L’intervention d’une technologie extraterrestre a-t-elle servi à la construction des Pyramides d’Égypte ? “

Partie I

                                             Partie II


Sam's est
Email à Sam's Webmaster | Tous les Articles de Sam's

Une Réponse »

  1. Astronomie sumérienne

    La Grèce antique est présentée dans nos écoles comme le berceau de notre civilisation occidentale. Considérée comme un summum culturel antique, il ne nous vient pas à l’idée que cette époque, n’est en réalité qu’une période de régressions scientifiques véhiculant les bribes éparses d’une civilisation antérieure bien supérieure encore.

    Nous n’avons retenu que ce que nous pouvions en comprendre à savoir le système de Ptolémée du IIe siècle après J.-C. : notre planète est plate au centre de l’univers, avec le Soleil, la Lune et cinq planètes orbitant autour. Quant aux étoiles elles sont fixées sur la voûte du ciel. Cette représentation de notre système solaire prédominera pendant 1 300 ans jusqu’à la Révolution Copernicienne qui rétablira que la Terre et l’ensemble des planètes, tournent en réalité autour du Soleil.

    Or, plus on remonte dans le temps, plus l’astronomie est précise. Au IIIe siècle avant J.-C., Hipparque et Aristarque de Samos considéraient que le soleil devait être au centre d’un système planétaire. Hipparque présentera également la précession des équinoxes, ce qui nécessitait l’utilisation de l’astronomie sphérique et l’observation de la position du Soleil dans une constellation zodiacale donnée. Or, le déplacement d’une maison zodiacale à une autre demande 2 160 ans. Il n’a pas vécu assez longtemps pour faire ce genre d’observation astronomique. D’où venaient donc ces connaissances ?

    Lire la suite : http://www.morpheus.fr/spip.php?article106

Laisser un Commentaire ;-)