LA PHYSIQUE DE LA CONSCIENCE

Par Sam's • 5 jan, 2016 • Catégorie: ARCHIVES, FILMS & DOCUMEN'TERRE, LES PLUS POPÜLAIRES, SCIENCES QUANTIQUES

UN CHAMP INFORMATIONNEL
DE L’ESPACE TEMPS

 La conscience s’inscrit dans la théorie de non-localité.
La non-localité est une propriété à la fois du temps et de l’espace.
C’est-à-dire qu’elle ne répond pas aux exigences et aux lois de la physique traditionnelle mais à des lois issues de la physique dite quantique.

 

LA ROUTE DE LA CONSCIENCE
suivi de :
La Physique De La Conscience
de Philippe GUILLEMANT

Philippe Guillemant est physicien diplômé de l’École Centrale Paris, dont les inventions dans le domaine de la vision et de la robotique lui ont valu plusieurs distinctions, comme le Cristal du CNRS.

Philippe Guillemant est surtout connu pour être l’auteur d’une théorie de l’espace-temps flexible qui explique le phénomène de synchronicité par une influence du futur sur le présent. Cette théorie ouvre un véritable pont entre la science et la spiritualité, via un modèle physique de la conscience. Elle révèle le lien fondamental entre la conscience et la gravité ainsi que la différence cruciale entre le cerveau et la mémoire.

En prenant appui sur les résultats les plus indiscutables de la physique moderne, Philippe Guillemant nous explique dans ce film pourquoi la conscience doit obligatoirement faire son entrée en physique moderne. Il illustre ensuite pour la première fois via une animation vidéo les aspects dynamiques de son modèle de l’espace-temps, en liaison avec les changements du futur. Il définit enfin l’âme - véhicule immatériel de la conscience - comme un ensemble cybernétique de six centres d’informations situés hors du temps, répartis dans deux densités du vide: celles du moi conscient et du soi subconscient.

On apprend que tout a commencé pour l’auteur, suite à la lecture du livre « dialogues avec l’Ange », par une expérimentation consistant à se connecter à cette densité oubliée de l’âme - le soi - qui ouvre les canaux de l’intuition, de la foi ou de la joie. C’est ainsi qu’est née son œuvre littéraire, parachevée par ce film qui en offre la synthèse, augmentée de révélations inédites et ponctuée de randonnées dans le territoire d’une majestueuse beauté que constitue la réserve géologique de Haute Provence.

http://www.doublecause.net/

BANDE ANNONCE

 Acheter le DVD La ROUTE de la CONSCIENCE

LA PHYSIQUE  DE LA CONSCIENCE

de Philippe GUILLEMANT

Nous attendions le dernier livre de Philippe Guillemant avec impatience, après le succès remarquable de « la Route du Temps : Théorie de la Double Causalité ». « La Physique de la Conscience » vient de sortir aux Editions Trédaniel.

En voici un résumé par Bernard Caballero.

Ce livre démarre en trombe en montrant que la physique modifie tellement nos représentations du temps, de l’espace et de la matière que l’existence même de notre réalité est remise en question, telle que nous la percevons.

Elle n’est plus seulement un espace-temps à quatre dimensions. Elle inclut un champ d’informations invisible immensément plus vaste, improprement appelé le « vide quantique », dont nul ne sait encore décrire la manière dont il influe sur notre réalité observable. Ainsi la physique suppose-t-elle encore que cette dernière est macroscopiquement figée hors du temps et que le « vide » n’aurait aucun effet sur elle … faute d’équations pour le décrire.

Bien qu’à l’échelle quantique de l’information immatérielle (hasard quantique) semble coordonner notre réalité observable, elle pourrait provenir d’un futur déjà réalisé plutôt que du vide quantique. Pour trancher cette question en faveur d’une véritable action du vide sur notre réalité, l’auteur avance des arguments forts en dénonçant une science enfermée dans sa grande illusion :

« …son erreur fatale de ne pas percevoir que tous les phénomènes macroscopiques dépendent intimement de tout ce qui se passe dans l’infiniment petit, de ne pas comprendre que tout l’espace-temps, et tout ce qui nous arrive quotidiennement, est obligatoirement sous contrôle quantique ! »

Ses arguments reposent sur une analyse poussée de la perte d’informations dans un billard à grand nombre de boules, dont il étend la généralité à toutes les interactions dans la nature. Il en déduit que trois dimensions d’espace sont insuffisantes pour décrire le monde classique, dont la mécanique serait paradoxalement incapable de calculer plus d’informations que celles qui sont injectées dans les conditions initiales.

Pour résoudre ce problème, il propose de rajouter six dimensions sous la limite de résolution de l’espace ou des calculs, rendant la mécanique à nouveau déterministe et économe en informations. Exit les positions et vitesses dont la précision augmente de façon invraisemblable avec la durée du calcul. Deux couches d’espace-temps additionnelles à trois dimensions discrètes permettent de « guérir » la mécanique classique en introduisant des conditions non seulement initiales mais aussi finales, c’est-à-dire du libre arbitre, même pour une simple boule de billard !

Dans un billard, plus on rajoute de boules et plus on est obligé d’arrêter les calculs tôt, faute de précision, jusqu’à atteindre un stade où la quantité totale d’information calculée devient inférieure à la quantité d’information sur les conditions initiales.

Ces deux couches d’espace-temps additionnelles structurent alors le vide en transformant la mécanique quantique en une « mécanique des lignes temporelles » beaucoup plus intuitive, faisant évoluer l’espace-temps par blocs d’évènements et hors du temps ; le présent perd ainsi son statut de séparateur entre le « déjà créé » et le « pas encore créé », dont Einstein a montré qu’il était illusoire.

Le nouveau statut du présent devient celui d’un « temps réel », ainsi qualifié parce qu’il modifie réellement notre réalité à vivre par commutation de ses lignes temporelles, à différentes échelles ou densités d’information, sous l’égide d’un libre arbitre rendu nécessaire. La conscience en étant le vecteur, elle est définie comme la structure vibratoire de l’espace-temps qui produit les fluctuations quanto-gravitationnelles infinitésimales qui sont responsables des commutations.

Chez l’être humain, ces fluctuations pourraient être rendues cohérentes par la conscience via les microtubules du cerveau, selon la proposition du physicien Roger Penrose (modèle Orch’OR), permettant ainsi que nos intentions soient
corrélées avec nos évènements à vivre.

Toutefois, et c’est là que l’auteur entre vraiment dans la métaphysique, il considère que nos états de conscience ordinaires sont presque toujours conditionnés par ce qu’il
appelle l’anima, c’est-à-dire notre tissu corporel vibratoire d’espace-temps, engendré par notre simple immersion dans ce dernier (une conscience produite par le cerveau).

Nous ne pouvons modifier notre ligne temporelle à vivre que lorsque nous réalisons un déconditionnement permettant notre connexion avec une entité appelée le « soi », détentrice du libre arbitre, via l’excitation du vide quantique qui se produit lorsque cette connexion est réalisée par le cerveau, en faisant émerger une intention authentique.

L’auteur démontre alors que son modèle cybernétique de la conscience entraine obligatoirement une double causalité affirmant que ce type d’intention a des effets dans le futur qui peuvent devenir à leur tour les causes d’effets dans le présent, voire dans le passé, la causalité restant toutefois respectée dans le temps réel. L’influence du futur sur le présent permettrait d’expliquer selon lui un grand nombre de phénomènes mystérieux, au premier rang desquels la synchronicité, dont une bonne partie du livre explique plus loin comment les provoquer et vivre avec le nouveau paradigme sous-jacent.

L’influence du futur sur le passé fournirait également un nouvel éclairage sur l’évolution des espèces, mais aussi sur la matière noire et l’énergie noire… de nouvelles perspectives renversantes, à ne pas ignorer car elles sont à la hauteur de l’hypothèse proposée : un déterminisme inversé qui réduit au maximum l’entropie dans le sens du passé ! Ou encore, un second principe inversé qui ordonne le passé dans le sens inverse du temps lorsque ce dernier perd de l’information !

La seconde moitié de l’ouvrage est consacrée aux conséquences philosophiques, individuelles et sociétales de ce modèle. Elle développe les relations entre les trois centres émotionnel, mental et énergétique de la conscience dans ses différentes couches d’espace-temps, conduisant à une révision de la place de l’homme dans l’univers qui rejoint les enseignements des grands maîtres spirituels, tout en conservant une distance critique par rapport aux croyances religieuses et ésotériques, anciennes ou modernes.

L’existence de l’âme et de l’au-delà, d’un sens à la vie et d’une vie après la mort apparaissent comme des conséquences d’un tel modèle, qui ne fait pourtant ni plus ni moins que structurer le multivers quantique par la causalité, là où la théorie de la gravité quantique à boucles ne voit qu’un pullulement de quantas probabilistes. Car pourquoi faudrait-il que la causalité s’arrête là où le vide commence, si notre réalité observable en émerge par la conscience ?

Dans la dernière partie, l’auteur dénonce la tendance de notre société matérialiste à nous considérer comme des machines qui devraient trouver le bonheur en consommant ; il signale l’erreur du transhumanisme qui voudrait que notre destin d’ « homme augmenté » soit d’étendre sa propre conscience à des extensions mécaniques et de réaliser des robots conscients. Il démonte le mythe social de l’intelligence qui voudrait que le mental soit notre meilleur guide.

Après nous avoir indiqué les moyens de sortir de tous ces pièges, il tire les conséquences politiques de sa théorie, puis recommande une spiritualité laïque qui respecte la raison d’être de tout être vivant et revalorise notre connexion avec le soi, à travers la convergence entre des connaissances ancestrales, comme le chamanisme, et les progrès des technologies médicales. Il termine en décrivant ses recherches expérimentales sur la synchronicité, qui montrent qu’une influence du futur sur le présent peut être mise en évidence au moyen des technologies de l’information.

Dans sa conclusion, l’auteur prêche en faveur d’une responsabilisation des scientifiques à l’égard du public quant à l’avenir de l’espèce humaine, avant de nous délivrer une leçon d’humilité qui réduit la condition actuelle de l’homme à celle d’un enfant livré à lui-même : sa fascination pour certains jouets, comme les équations ou la bombe, l’enfermerait dans une vision illusoire de sa réalité, faute de n’avoir pas encore compris l’influence d’un vide dont il commence à peine à détecter la plénitude. Son destin serait alors de réaliser un saut de conscience pour comprendre enfin la vraie nature du temps et de la réalité, pour sortir enfin de son parc à bébé.

 Source et PDF : Revue Temps - Sciences, Art, Philosophies -

 Commander le livre “La PHYSIQUE de la CONSCIENCE”

LA CONSCIENCE

Philippe Guillemant nous livre un véritable plan d’action pour activer « la télécommande de l’espace temps », emprunter une voie non causale et activer son libre arbitre afin de réussir à se créer un autre futur, plus conforme au dessin du « soi » profond. Et cela passe, d’après lui, par la nécessité de cultiver le détachement, le lâcher prise et la confiance. Vaste programme !

Peu nombreux sont les scientifiques modernes à se risquer sur le terrain délicat de la physique de la conscience. Philippe Guillemant fait partie de ce petit cercle de scientifiques audacieux qui s’intéressent aux « ponts » entre la science et la spiritualité et préfèrent écouter leurs intuitions plutôt que de suivre systématiquement certains dogmes, fussent-ils soutenus par l’élite de leur discipline. Son curriculum lui en confère toute la légitimité, avec sa double formation d’ingénieur, diplômé de l’École Centrale Paris, et de physicien de l’Institut de Physique du Globe.

Pour comprendre en quoi les recherches de Guillemant sont iconoclastes, il faut rappeler l’un des principes de la physique classique. Elle repose sur l’affirmation que tout est déterminé dans l’univers, en vertu de la loi de causalité. Par conséquent, même notre futur est complètement verrouillé et ne peut être modifié. Mais cette loi ne s’applique pas à l’échelon quantique (celui de l’infiniment petit) où il est démontré que c’est l’indéterminisme qui y règne. Guillemant propose « d’enterrer » le déterminisme classique et d’appliquer au monde macroscopique aussi le principe de l’indéterminisme. Avec une conséquence plutôt fascinante, si on l’applique à notre existence : celle de réintroduire la possibilité d’un libre-arbitre et donc d’être en mesure d’influencer notre futur.

Mais attention, point de magie là dessous ! Changer son avenir implique un réel effort de notre part et notamment la nécessité de nous déconditionner. C’est-à-dire sortir de nos réflexes individuels acquis ou de nos habitudes collectives. Car ces conditionnements maintiendraient la conscience dans une « ligne temporelle » de type inférieure qui est souvent celle de l’égo et qui fonctionne de façon automatique, en vertu de la loi de causalité.

Site de Philippe Guillemant : http://guillemant.net

Source : http://www.rezozen.com/articles/…

Voir aussi la conférence associée, La magie du Hasard (qui n’existe pas), filmée la veille de cette interview.

Quel est ce niveau de « non-localité »
entre nous et l’Univers ?

Eh bien, c’est la conscience. Notre sens de l’autonomie et de la continuité de l’expérience n’est pas contenu dans notre cerveau ou notre corps en aucune manière, les cellules de notre corps meurent et tout le matériel qui fait notre physique est remplacé en continu tout au long de votre vie. C’est la conscience qui reste et qui nous donne cette expérience.

Ce qui devient clair, c’est que ce que nous vivons comme choses distinctes est en fait une illusion. Puisqu’il n’y a qu’une unité fondamentale alors l’idée que nous soyons en quelque sorte séparé de l’environnement extérieur commence à s’estomper.

La terre dans laquelle nous vivons, c’est nous, nous sommes la terre et tout ce qu’elle contient. Nous sommes l’univers, tout ce qu’il faut pour faire un univers est contenu en chacun de nous.

QU’EST-CE QUE LA NON-LOCALITÉ ?

La non-localité est une propriété à la fois du temps et de l’espace.

« Il est aujourd’hui prouvé scientifiquement que deux quanta de lumière issus d’une source unique et voyageant à la vitesse de la lumière dans des directions opposées maintiennent une relation entre eux ».

Ce qui revient à dire que nous sommes capables (grâce à notre esprit sans limites) d’avoir accès à des informations auxquelles nous ne pourrions pas avoir accès par les moyens que nous connaissons dans notre vie quotidienne.

Nous sommes capables de nous «projeter» à la source de ces informations, c’est comme si nous étions juste à côté de cette personne malade qui a besoin de notre aide (à travers la prière ou de l’intention positive) ou de cet objet qui est enfermé dans un endroit secret afin que nous le découvrions.

Notre «esprit» n’a donc aucune limite de temps ou d’espace, il peut se «brancher» n’importe où dans le temps et dans l’espace …

Sam's est
Email à Sam's Webmaster | Tous les Articles de Sam's

Laisser un Commentaire ;-)