LE CŒUR, NOTRE MAITRE ÉMOTIONNEL

Par Sam's • 3 déc, 2015 • Catégorie: ARCHIVES, EDITO, LES PLUS POPÜLAIRES, PRATIQUES SPIRITUELLES

LA COHÉRENCE CARDIAQUE

Ou la puissance du lien entre cœur et cerveau

On n’imagine pas à quel point notre cœur est relié à notre cerveau. Le cœur compte pas moins de 100 000 cellules neuronales qui influencent notre cerveau. Ce pouvoir du cœur sur nos émotions et notre cerveau a été au cœur des travaux de l’institut HeartMath Institute de Californie (Etats-Unis) qui a développé la cohérence cardiaque à la fin des années 1990.

La cohérence cardiaque est un état physiologique qu’on peut atteindre en suivant une règle simple de respiration. Six respirations par minutes à intervalles réguliers suffisent à mettre le corps en cohérence.

Proche de la méditation, la cohérence cardiaque (Voir le site de référence http://www.coherenceinfo.com) correspond à un état particulier de la variabilité cardiaque ayant de nombreux effets positifs pour la santé et le bien-être. Mais comment induire cet état ? L’exercice est simple. Suivez les instructions du Dr David O’Hare, auteur du best-seller Cohérence cardiaque 365.

Pour entrer en cohérence cardiaque rien de plus simple : il suffit de respirer 6 fois (6inspirations/expirations) par minute pendant 3 à 5 minutes.

Comment et pourquoi atteindre la fréquence 6 ?

La cohérence cardiaque est au maximum lorsque cette fréquence de résonance de 6 cycles respiratoires par minute est atteinte. C’est une constante physiologique connue et reconnue depuis longtemps et qui permet de mettre en résonance le rythme respiratoire et la variation du rythme cardiaque. Pratiquer des séances de respiration à 6 cycles complets par minute, c’est-à-dire 6 inspirations- expirations par minute revient à inspirer pendant 5 secondes puis expirer pendant 5 secondes, 6 fois.

  Inspirez profondément par le nez pendant 5 secondes en adoptant une respiration abdominale (c’est-à-dire en laissant le ventre se gonfler)
Soufflez profondément par la bouche pendant 5 secondes, toujours avec le ventre.
Recommencez cette alternance inspiration/expiration 18 à 30 fois (6 respirations par minute pendant 3 à 5 minutes).

David Servan-Schreiber nous avait, le premier, alerté sur les bienfaits de la cohérence cardiaque. 5 petites minutes de respiration rythmée pour réguler le système nerveux autonome (notre pilote automatique), réduire l’intensité des effets du stress sur notre organisme, augmenter notre système de défense immunitaire, prendre de meilleures décisions et développer notre intuition. Rien que ça.

Voici un guide de respiration à suivre, assis bien droit. Les jambes décroisées, pour que les organes de l’abdomen soient libres et engagés.

Exercice de respiration : inspirez quand la rosace gonfle, expirez quand elle se dégonfle.Un cycle dure 5 minutes …
.

Variante que j’aime bien aussi

De la même manière, assis le dos bien droit, pieds nus sur le carrelage de préférence, parce que cela permet un ancrage à la terre. Inspirez par le nez quand la boule monte et expirez par la bouche quand elle descend …

Le principe est simple : contrôler ses battements cardiaques permettrait de mieux contrôler son cerveau. Lorsqu’on est confronté à une situation stressante, le cœur a tendance à s’emballer et à « battre la chamade ». En cas de colère ou de contrariété, les battements du cœur deviennent très irréguliers. Il existe donc un lien étroit entre le cerveau et le cœur. Le premier envoie un message au second qui réagit en conséquence. Notre cerveau influence donc directement notre rythme cardiaque.

Ce qu’on sait moins est que le lien entre ces deux principaux organes existe dans les deux sens. Le cœur lui aussi peut influencer notre cerveau. En respirant calmement et donc en contrôlant son rythme cardiaque, il serait possible de jouer sur le cerveau en influençant le système nerveux autonome. En modifiant ce système nerveux autonome, qui est composé de deux branches, la branche sympathique et la branche parasympathique, il serait possible de diminuer son taux de cortisol (= hormone du stress) et donc, son stress. Finalement, grâce à une respiration posée, nous pouvons obtenir une fréquence cardiaque plus régulière et réduire les signes de tension.

Pour rappel, le système sympathique a pour rôle, entre autres, d’accélérer le rythme cardiaque. A l’inverse, le système parasympathique est là pour le ralentir. L’organisme possède finalement un frein et un accélérateur pour réguler le cœur.

En travaillant sur la respiration, il serait donc possible de contrôler ces variations de la fréquence cardiaque et donc d’uniformiser le fonctionnement du cerveau. L’objectif de la cohérence cardiaque est de rendre les battements de cet organe plus réguliers, afin de rendre la personne qui la pratique plus sereine.

La cohérence cardiaque pourrait finalement permettre de gérer et de contrôler son stress, ce dernier étant provoqué par un déséquilibre. Pour cela, la personne doit apprendre à respirer calmement, en rythme, et à contrôler sa respiration.

Le cœur commande au cerveau

Comme quoi les sentiments d’amour et de sérénité sont de toutes premières importances mais aussi, la pratique de la cohérence cardiaque par la respiration …

On a découvert que le cœur contenait un système nerveux indépendant et bien développé, avec plus de 40.000 neurones et un réseau complexe et dense de neurotransmetteurs, de protéines et de cellules d’appui. Grâce à ces circuits, il semble que le cœur puisse prendre des décisions et passer à l’action indépendamment du cerveau et qu’il puisse apprendre, se souvenir et même percevoir.

 Le cerveau du cœur

Il existe quatre types de connexions qui partent du cœur et vont vers le cerveau de la tête.

Première connexion : neurologique

Entre cœur et cerveau il y a une communication neurologique au moyen de la transmission d’impulsions nerveuses. Le cœur envoie plus d’information au cerveau qu’il n’en reçoit, il est l’unique organe du corps doté de cette propriété, et il peut inhiber ou activer des parties déterminées du cerveau selon les circonstances. Cela signifie-t-il que le cœur peut influencer notre manière de penser ? Il peut influer sur notre perception de la réalité, et de ce fait sur nos réactions.

Deuxième connexion : biochimique

Le cœur envoie des informations biochimiques au moyen des hormones et des neurotransmetteurs. C’est le cœur qui produit l’hormone ANF, celle qui assure l’équilibre général du corps : l’homéostasie. L’un de ses effets est d’inhiber la production de l’hormone du stress, et de produire et de libérer l’ocytocine, connue comme hormone de l’amour.

Troisième connexion : biophysique

Elle se fait au moyen des ondes de pression. Il semble qu’au travers du rythme cardiaque et de ses variations, le cœur envoie des messages au cerveau et au reste du corps.

Quatrième connexion : énergétique

Le champ électromagnétique du cœur est le plus puissant de tous les organes du corps, 5.000 fois plus intense que celui du cerveau. Et on a observé qu’il varie en fonction de l’état émotif.Quand nous avons peur, que nous ressentons une frustration ou du stress, il devient chaotique. Et se remet-il en ordre avec les émotions positives ? Oui. Et nous savons que le champ magnétique du cœur s’étend de deux à quatre mètres autour du corps, c’est-à-dire que tous ceux qui nous entourent reçoivent l’information énergétique contenue dans notre cœur.

 

À quelles conclusions nous amènent ces découvertes ?

Le circuit du cerveau du cœur est le premier à traiter l’information, qui passe ensuite par le cerveau de la tête. Ce nouveau circuit ne serait-t-il pas un pas de plus dans l’évolution humaine ? Il y a deux types de variation de la fréquence cardiaque : l’une est harmonieuse, avec des ondes amples et régulières, et prend cette forme quand la personne a des émotions. L’autre est désordonnée, avec des ondes incohérentes. Elle apparaît avec la peur, la colère ou la méfiance.

Mais il y a plus : les ondes cérébrales sont synchronisées avec ces variations du rythme cardiaque, c’est-à-dire que le cœur entraîne la tête. La conclusion en est que l’amour du cœur n’est pas une émotion, c’est un état de conscience intelligente… N’est-ce pas, finalement, une confirmation supplémentaire de la théorie de la Médecine Chinoise, qui dit que le Coeur est le centre du Shen (terme chinois qui englobe les émotions, la conscience, l’esprit et le psychisme).

Lire la suite : http://www.alternativesante.fr/coeur/le-coeur-commande-au-cerveau-mais-personne-ne-vous-le-dira#.

L’ Intelligence du Cœur

L’éveil de l’intelligence du cœur n’est pas anodin. Il est le point de départ d’un nouveau mode de vie et du réveil de capacités ignorées qui sommeillent dans un état de conscience ordinaire. Il s’agit là de la porte qui s’ouvre sur les fonctions les plus importantes qui soient à notre disposition et, sans aucun doute, comme l’affirment les auteurs, la prochaine étape dans l’évolution de l’humanité.

A ce stade les applications portent surtout sur la gestion du stress et l’obtention d’une paix intérieure, en vue de l’harmonisation du comportement de l’individu et de la cohérence de l’organisation collective.

D’ores et déjà qu’il s’agit là des premiers pas dans la découverte de nos « pouvoirs » enfouis, endormis faute d’utilisation de l’intelligence du cœur.

L’approche de HeartMath de par sa démarche scientifique et donc mesurable, représente un tournant d’envergure pour l’humanité, car les témoignages que l’on découvre à la lecture de leurs pages sur Internet et dans leurs livres, démontrent qu’un nouveau paradigme inespéré est en train de voir le jour, cela avant même de découvrir l’ampleur du potentiel qui reste encore à explorer.

Le site original en anglais :
http://www.heartmath.org/

O.zen - Florence Servan Schreiber et la cohérence cardiaque

O.zen est le premier programme ludique et connecté d’Ubisoft qui vous permet :
- d’analyser votre rythme cardiaque,
- de gérer votre stress
- et d’améliorer votre bien-être grâce à la maîtrise de votre respiration.

O.zen - Florence Servan Schreiber et la cohérence cardiaque from 3 kifs Académie on Vimeo.

Pour aller plus loin, explications, démonstrations, vidéos et interviews sur :  Institut français d’EMDR

Lire aussi :
Respiration continue « air sans fin »
Le Secret de la Fleur d’Or
La méditation taoïste …
Sur arcturius.org

Sam's est
Email à Sam's Webmaster | Tous les Articles de Sam's

Une Réponse »

  1. Le cœur a un cerveau

    On a découvert que le cœur contient un système nerveux indépendant et bien développé, avec plus de 40 000 neurones et un réseau complexe et dense de neurotransmetteurs, de protéines et de cellules d’appui.

    Grâce à ces circuits, le cœur est en mesure de prendre des décisions et de passer à l’action indépendamment du cerveau et qu’il puisse également apprendre, se souvenir et même percevoir.

    4 types de connexion qui partent du cœur et vont vers le cerveau de la tête.

    - 1ère connexion : la communication neurologique au moyen de la transmission d’impulsions nerveuses. Le cœur envoie plus d’informations au cerveau qu’il n’en reçoit. Il est l’unique organe du corps doté de cette propriété, et il peut inhiber ou activer des parties déterminées du cerveau selon les circonstances. Il peut donc influer sur notre perception de réalité, et de ce fait sur nos réactions.

    - 2ème connexion : l’information biochimique au moyen des hormones et des neurotransmetteurs. C’est le cœur qui produit l’hormone ANF (Atrial Natriuretic Factor) qui permet l’homoeostasie (système permettant la régulation, l’ajustement de l’équilibre général du corps). Elle freine la production de l’hormone du stress (cortisol) et produit et libère l’hormone de l’amour (l’ocytocine).

    - 3ème connexion : la communication biophysique au moyen des ondes de pression. Il semble qu’au travers du rythme cardiaque et de ses variations, le cœur envoie des messages au cerveau et au reste du corps.

    - 4ème connexion : la communication énergétique. Le champ électromagnétique du cœur est le plus puissant de tous les organes du corps (5000 fois plus intense que celui du cerveau), il s’étend de 2 à 4 mètres autour du corps et varie en fonction de notre état émotif (peur, stress, frustration, joie, bien être. Tout ce qui vous entoure reçoit alors l’information énergétique de votre cœur.

    Le circuit du cerveau du cœur est le premier à traiter l’information qui passe ensuite par le cerveau de la tête.

    Deux types de fréquences cardiaques : l’une harmonieuse avec des ondes amples et régulières et prend forme quand la personne a des émotions et des pensées positives élevées et généreuses. L’autre est désordonnée avec des ondes incohérentes. Elles apparaissent avec la peur, la colère ou la méfiance. Les ondes cérébrales sont synchronisées par ces variations du rythme cardiaque c’est-à-dire que le cœur entraîne la tête. On en conclue que l’amour du cœur n’est pas une émotion mais un état de conscience intelligente.

    Le cerveau du cœur active dans le cerveau de la tête des centres supérieurs de perception complètement nouveaux qui interprètent la réalité sans s’appuyer sur des expériences du passé. Ce nouveau circuit ne passe pas par les vieilles mémoires, sa connaissance est immédiate, instantanée et pour cela il y a une perception exacte de la réalité.

    L’être humain utilise son cerveau du cœur, il crée un état de cohérence biologique, tout est harmonisé et fonctionne correctement : c’est une intelligence supérieure qui s’active au travers des émotions positives. Il semble que peu de personnes l’utilisent : potentiel non activé accessible à tous.

    L’activation par vos qualités de cœur : ouverture vers le prochain, écoute, patience, coopération, acceptation des différences, courage… c’est la pratique des pensées et émotions positives. Il s’agit en substance de se libérer de l’esprit de séparation et des trois mécanismes primaires : la peur, le désir et l’instinct de domination, mécanisme profondément ancrés chez l’être humain car ils nous ont servi à survivre des millions d’années.

    Pour s’en libérer, adopter une position de témoins, en observant nos pensées et émotions sans les juger et en choisissant les émotions qui peuvent nous faire nous sentir bien.

    Nous devons apprendre à avoir confiance en notre intuition et reconnaître que la vraie origine de nos réactions émotionnelles n’est pas dans ce qui arrive de l’extérieur mais dans notre intérieur.

    Vivre avec simplicité, cultiver le silence, entrer en contact avec la nature, contempler, prendre soin de son environnement vibratoire, demander à son cœur lorsque vous ressentez que vous ne savez pas faire.

    Infos des écrits d’Annie Marquier

Laisser un Commentaire ;-)