VERS L’UNITÉ DE CONSCIENCE

Par Sam's • 27 nov, 2015 • Catégorie: ARCHIVES, EDITO, LES PLUS POPÜLAIRES, R-ÉVEIL

AU ROYAUME INTUITIF DE L’IMAGINATION

Alors que l’humanité entre dans une période de changement social et culturel, des perceptions altérées et les défis à notre vision du monde, nous sommes certainement contraints d’aller dans des modes de conscience altérés.

 En d’autres termes, afin de se ré-adapter et de survivre aux pannes de l’ancien esprit de vieille énergie, notre vision du monde collective devra passer par un mode écologique et plus intuitive. Ce changement est également de nature à entraîner un changement vers un mode de perception plus direct (une forme de gnose).

Bien que ces deux modes cognitif et intuitif peuvent fonctionner simultanément et ont été connus comme les modes de connaissances objectives et subjectives, nos sociétés modernes ont largement privilégié l’interprétation objective et a rejeté celle subjective comme le royaume de l’imagination. Ce royaume imaginaire de l’expérience subjective est plus actif quand nous sommes enfants, mais diminue rapidement lorsque nos institutions sociales et nos pairs interviennent à conditionne et à installer une réalité sociale consensuelle .

Pourtant, le mode intuitif direct de la perception est un trait évolutif qui est toujours avec nous et qui peut être en train de se manifester dans les nouvelles générations d’enfants intuitives.

Il est possible que les connexions non-linéaires dans l’espace et le temps (par exemple, les communications mondiales) entre nos espèces seront l’un des aspects qui deviendront plus dominante dans les années à venir. L’Internet nous donne une représentation physique de ces nouvelles relations spatiales et temporelles. Le mode intuitif direct sera sûrement un moyen plus efficace de la compréhension car il contourne les organes sensoriels qui filtrent généralement les informations. En outre, le mode intuitif direct fonctionne en dehors des barrières linguistiques, et permet l’accès à une conscience participative partagée collective.

La vision de la réalité d’une «conscience participative» reflète un mode intuitif de perception qui concerne les nouvelles énergies de connexion, la communication, la collaboration et la compassion. Cette compréhension est maintenant en cours de validation par les dernières découvertes dans les sciences quantiques, notamment la mécanique quantique et la biophysique. Notre «conscience de tous les jours» de la vision locale de l’univers est en grande partie préparés pour les royaumes de la réalité non-ordinaire.

Dans notre époque actuelle, et dans la civilisation occidentale en particulier, le mode intuitif direct de la perception (expérience subjective) n’a pas été encouragé, ni même reconnu, et a donc atrophié ce qu’est devenu le domaine des sciences ésotériques. Cela a pu l’être, favorisée par l’ego, parce que la vision «objective rationnelle» de la réalité permet de renforcer le sentiment de l’individualisme, et en tant que telle est la sphère du pouvoir, de l’argent, de la concurrence et de  la cupidité. Cependant, le mode intuitif direct de la réalité embrasse la coopération, la connexion de la correspondance et de la compassion. Et il semble que nous assistions déjà à l’émergence de cette nouvelle fonctionnalité de la conscience humaine.

La notion de la perception directe de la réalité intuitive pourrait être un passage vers la prochaine étape de l’évolution humaine - le développement évolutif de ce que l’on peut appeler la conscience quantique qui est la base de l’esprit collectif de l’espèce humaine. Les différents mystiques et chercheurs de la conscience ont fait allusion à cela par une variété de noms; ceux-ci vont de la conscience cosmique, super-conscience, la conscience transpersonnelle, conscience intégrale, et plus encore. Toutes ces descriptions partagent un thème commun à savoir, la hausse de l’intuition, l’empathie, une plus grande connectivité au monde et aux gens, et un sentiment de «savoir» beaucoup plus sur chaque demande d’une situation donnée.

L’émergence d’une forme de conscience directe intuitive serait probablement d’inculquer au sein de chaque personne un plus grand sentiment du tout cosmique; la réalisation que l’humanité existe et évolue dans un univers d’intelligence et de sens - un univers vivant.

Cela permettrait de conférer au sein de l’humanité une impulsion spirituelle plus profonde et enfin reconnue. Cela pourrait alors conduire à une augmentation des facultés intuitives et des phénomènes extrasensorielles pour devenir une partie implicite de nos vies, mais aussi ouvrant l’accès à une plus grande créativité de nos capacités inventives pour participer à la conception de notre voie à suivre dans le monde. La hausse de ces attributs dans un petit pourcentage de personnes, d’abord, pourrait éventuellement conduire à une masse critique qui ferait pencher la conscience humaine dans un nouveau paradigme de la perception et de notre vision du monde.

Les formes de ces nouveaux modèles de la conscience apparaissent déjà dans le monde mais ne font pas encore partie de la recherche en général. Ces agents de ‘mutation’ évolutifs  comprennent des visionnaires, des mystiques, des artistes, des médiums, intuitifs, des maîtres spirituels, et ce que l’on appelle maintenant, les «enfants indigo». Comme le Dr Richard Bucke a déclaré dans son ouvrage classique sur le sujet, la Conscience Cosmique (1901), les premiers signes de ce nouveau développement évolutif ont figurés au sein de l’humanité pendant un certain temps.

Cela donne à penser qu’il y a eu des tentatives pour aider à préparer le «terrain mental» pour semer lentement une nouvelle conscience propre à se développer. Dans l’ensemble, les forces sociales / culturelles / matérielles sont lentes à réagir à la nécessité d’un paradigme évolutionnaire de la conscience humaine. Pourtant, ce n’est pas nouveau, comme dans toute l’histoire enregistrée, de nombreuses personnes qui, par une prise de conscience ont ressenties la nécessité d’ensemencer un élan évolutif dans la vie sociale, elles ont été engagées dans des événements révolutionnaires ou  ont participé à des bouleversements socio-culturels.

Peut-être peut-on supposer ici pour que la croissance culturelle et l’espèce continue, il y a des périodes particulières de l’histoire humaine dans laquelle l’humanité est prête, ou qu’elle ait besoin de l’activation des facultés particulières ou les traits évolutionnaires. Il se peut que pendant cette période de transition, l’humanité va s’adapter ou être forcée de développer de nouveaux aspects créatifs inspirés de la conscience.

 Cependant, comme dans tous les changements de paradigme, inévitablement, les vieilles énergies doivent céder la place à de nouvelles, et ce n’est qu’une question de temps avant que de nouvelles générations se déplacent dans l’évolution de conscience dans ses expressions physiques. Il est donc essentiel que la compréhension des questions spirituelles commence à imprégner notre vie quotidienne comme un contrepoids à notre matérialisme social.

Nous sommes dans le besoin d’unité, pas d’uniformité

Nous ne cherchons pas la conscience ‘géniale’ - comme le super-homme de Nietzsche. C’est plutôt une conscience différente, et donc un type d’homme différent qui est susceptible d’apparaître. Ce n’est pas que tout le monde ne sera plus le même mais seulement ceux qui manifestent la nouvelle conscience.

L’esprit humain est comme une grande casserole pouvant contenir la même eau pour tous - un partage unifiée. Le chemin de l’unité - la diversité - commence avec le besoin d’harmonie. Avec l’énergie de l’harmonie nous pouvons rendre l’eau immobile et calme.

Grâce à l’harmonie, nous pouvons célébrer nos différences avec la tolérance, le respect, la patience; sans jugement, sans potins ou entretenant de mauvais sentiments envers les autres. Avec l’harmonie, nous pouvons commencer à nous réunir, travailler ensemble et  collaborer pour bâtir la confiance vers une vision commune. Premièrement, nous devons aplanir les énergies perturbatrices qui existent dans le monde. Cela commence par l’harmonie à la maison - en soi, en famille, avec nos partenaires, entre amis, connaissances et contacts. De là, l’énergie qui est harmonisée peut atteindre et s’échapper dans le monde et en résonance avec d’autres.

Dans les années à venir, il sera à notre avantage si nous essayons de développer une conscience qui est à la fois ouverte aux impulsions spirituelles tout en étant simultanément à l’écoute des besoins de nos communautés et nos cultures. Il est essentiel que nous revitalisions notre sentiment collectif de bien-être et de connectivité - notre solidarité et l’empathie - dans le cadre de notre voyage commun de l’humanité. Il est possible que des aperçus d’une conscience participative partagé émergents permettra l’accès de l’humanité à un cosmos créatives inimaginables d’information et d’inspiration. Ce serait alors ouvrir de nouvelles perspectives de l’intelligence créatrice qui pourraient être des précurseurs à la prochaine étape le long de notre voyage évolutionnaire humaine.

*** Note de Sam’s - Ci-dessous, après avoir lu cette synthèse, voici la retranscription (plus complète), tirée de l’article qui l’a inspiré, intitulé :

UNE RÉVOLUTION DE LA CONSCIENCE HUMAINE

Ces dernières décennies, nous avons pu observer une hausse importante de la conscience écologique ainsi que la perspective des systèmes vivants. Désormais, beaucoup d’entre nous comprennent, personnellement et consciemment, l’interconnexion et l’interaction entre l’Homme, la nature et l’environnement. Cependant, ce nouveau paradigme de pensée ne peut se réduire à l’aspect matériel de cette connectivité. Il doit également inclure les aspects immatériels de la psyché et de la conscience. Le monde intérieur s’ouvre chaque fois davantage et s’explore à travers la psychologie transpersonnelle, la réalisation de soi et son propre épanouissement. Par nos différentes cultures, nous sommes en train de développer le langage, les aptitudes et les perceptions nécessaires à la compréhension et l’assemblage des expériences personnelles révélatrices.

Le royaume du contact extra-sensoriel, jadis chamanique, se normalise alors que nous évoluons dans une réalité physique de plus en plus familière au changement de paradigmes de perceptions. Ainsi, les dernières découvertes scientifiques expliquent et confirment les réalités non-locales de connexion et d’intrication énergétique. Nous apprenons donc que de vastes champs d’informations et de communications conscientes s’étendent entre les individus et les groupes ; un milieu de cohérence servant à lier collectivement l’humanité, à former une « grande famille ».

Depuis l’enfance, à l’adolescence et jusqu’à l’âge adulte, la distinction entre l’intérieur et l’extérieur ; l’objectif et le subjectif ; a toujours constitué une frontière mobile et floue. Nos paramètres culturels, ou notre conditionnement social, ont cherché à cristalliser ces limites fluctuantes. Pourtant, aujourd’hui un nombre grandissant de personnes commencent à percevoir la présence de champs d’énergie subtils, que ce soit autour de leur corps, de celui des autres ou dans leur environnement. Aujourd’hui, l’intérêt pour les sujets métaphysiques est en pleine explosion. Il s’ensuit l’émergence d’un langage et d’un état d’esprit nouveaux afin d’envisager ces phénomènes de plus en plus communs. En effet, il devient acceptable de parler de reiki, de chi, d’énergie pranique et même d’énergie quantique. De nombreuses cultures et sociétés apprennent non seulement à surfer sur une nouvelle vague de réseaux sociaux et technologiques (Facebook, Twitter et Youtube) mais également avec une prise de conscience énergétique grandissante quant aux connexions humaines et à un esprit étendu.

En un sens, l’humanité apprend à vivre en famille, de façon plus collective et interactive. D’après ce que nous savons, jamais auparavant dans l’histoire de notre espèce sommes-nous arrivés à un stade où nous voguons sur le même océan ; où nous sommes concernés par les mêmes préoccupations, égaux face aux mêmes impacts globaux. Par exemple, si la récolte est pauvre dans les régions de cultures en Chine, en Australie et aux Etats-Unis, toutes les nations en verront la répercussion via les réseaux mondiaux de distribution alimentaire. De la même manière, une pandémie de virus se répandant à partir d’un marché de volailles bondé, quelque part en Asie du Sud, touche toutes les nations sans exception et contraint les réseaux de transit urbain à marcher au pas. Les peuples du monde sont en train de se rendre compte que nous faisons déjà partie de la toile d’une famille collective.

Par ailleurs, cette prise de conscience se fait vivement sentir chez les nouvelles générations ; des générations qui, en grandissant, se sont habituées à vivre au sein d’un réseau de centaines, voire de milliers, d’amis virtuels situés partout sur le globe ; à partager leur intimité et leur empathie à l’international, avec des personnes ayant le même état d’esprit. Cette nouvelle génération manifeste, consciemment ou non, des relations non-locales (c’est-à-dire à effet de champ). Celles-ci soutiennent l’individu et, en même temps, consolident les réseaux ; ces parties d’un tout unifié mais diversifié. De par leur forme, elles imitent l’état quantique d’une particule et d’une onde : chaque personne étant clairement isolée par un espace physique mais en même temps intriquée dans un espace conscient de connectivité et de communication. En d’autres termes, chacun participe à un champ de vision de la réalité. Par conséquent, un vaste ensemble de responsabilités se crée ; les pensées et actions de chacun résonnant à l’intérieur de ce champ.

L’Homme est capable d’être conscient de l’effet de ses pensées et de ses actions sur les autres, et donc de considérer ses réactions ; de s’arrêter sur ses pensées et de décider de changer son comportement. Autrement dit, chacun peut évoluer, volontairement et consciemment, à partir de chaque interaction, de chaque impact ou expériences extérieures et intérieures. Jusqu’à présent, les sociologues se sont concentrés sur une identité de l’homme caractérisée par l’individualisation. C’est tout particulièrement le cas dans la société « moderne/post-moderne » ; où chaque personne est vue comme agissant en autonomie ; où l’on fait la promotion d’un « service à soi-même ».

Pourtant, c’est là être doublement myope : d’un côté, on oublie que les êtres humains sont des animaux sociaux qui cherchent instinctivement le rassemblement et l’attachement ; d’un autre, cela ne rend pas compte du changement de nature de la conscience dû aux révolutions socio-culturelles. Il est tout à fait vraisemblable qu’une forme de conscience émergera, d’abord en périphérie et sans doute chez les nouvelles générations, pour s’insinuer ensuite au cœur de toutes les sociétés futures.

Le scientifique social Duane Elgin a représenté les changements d’état de la conscience humaine au fil de l’histoire de la façon suivante :

1 La conscience contractée (les premiers humains)

2 La conscience perceptive (les chasseurs-cueilleurs)

3 La conscience émotionnelle (l’ère agraire)

4 La conscience pensante (l’ère scientifique et industrielle)

5 La conscience observatrice (l’ère de la communication)

6 La conscience compatissante (l’ère du rapport affectif)

7 La conscience fluide (l’ère du dépassement)

Selon cette échelle, il apparaitrait que l’humanité globale soit en train de passer de l’ère de la communication (conscience observatrice) à l’ère du rapport affectif (conscience compatissante). Aussi pourrions-nous mettre l’accent de l’ère du rapport affectif de la « conscience compatissante » sur une « conscience empathique ». Passer d’une conscience observatrice à une conscience empathique revient à abandonner les énergies dites de « l’ancienne mentalité », qui nous ont menés à la mondialisation actuelle, pour accueillir les énergies correspondant à un « nouvel état d’esprit » et capables d’unir ce monde diversifié avec cohérence et équilibre.

De la même manière, l’ère du dépassement pourrait être renommée « ère planétaire ». Elle représente non seulement l’émergence d’une prise de conscience du champ non-local mais également l’interprétation scientifique des forces subtiles de l’univers. D’ailleurs, l’ère de la « conscience fluide » appartiendrai à la prochaine étape de l’évolution de la conscience humaine qui semble présenter des éléments de nature intégrale et transpersonnelle.

Pour autant, aucun de ces états n’est entièrement séparé des autres. Au contraire, ils se chevauchent et fusionnent alors qu’une ère s’efface et se mue en une autre. En général, la nouvelle ère (ou nouveau paradigme) commence à poindre en périphérie jusqu’à atteindre un point de non-retour pour être enfin acceptée comme le nouveau paradigme. La conscience fluide s’infiltre déjà lentement à travers nos perceptions. En effet, de plus en plus de personnes adhèrent et se fient d’instinct à des informations immatérielles. La vision du monde, à prédominance matérialiste, est passée au crible alors que les gens s’éveillent à la possibilité que leurs éclairs d’intuition (rêves, visions, prémonitions, etc.) puissent constituer des sources d’informations fiables obtenues de façon alternative. La recherche de pratiques autrefois considérées comme métaphysiques, voire étranges (pratiques spirituelles, yoga, méditation, psychothérapie, thérapie transpersonnelle, biofeedback, états de conscience altérés…), donne aujourd’hui accès au royaume des sens et de la connaissance de soi longtemps caché, ou plutôt négligé.

Au fur et à mesure que les personnes se rendront compte que le royaume subtil des informations extrasensorielles n’est ni fantaisie ni illusion, mais qu’il repose sur des bases scientifiques ; ces états de conscience seront de plus en plus acceptés, crédibles et recherchés. En outre, nous pourrions constater que nos institutions sociales et traditionnelles commencent à les intégrer au statu quo de la réalité et des expériences consensuelles. Tandis que cette transition peut ne pas sembler se dévoiler immédiatement sous nos yeux, en termes d’évolution, ce sera une révolution. Par ailleurs, participer à la révélation et la révolution de la conscience représentera à la fois un impératif de croissance personnelle et la responsabilité du collectif de l’humanité.

Vers une conscience de l’unité

L’humanité, due à une période de changement socioculturel, de modification des stimulations et des perceptions de sa vision du monde, sera certainement poussée vers des modes de conscience altérés. Pour ainsi dire, notre vision collective du monde devra basculer vers un mode plus intuitif et plus écologique afin de se réadapter et de surmonter les crises causées par des pensées et des énergies surannés. Cela impliquera vraisemblablement un passage à un mode de perception plus direct (une forme de gnosie).

Les modes cognitifs et intuitifs, connus respectivement comme des modes de connaissance objectifs et subjectifs, peuvent fonctionner simultanément. Cependant, nos sociétés modernes ont largement privilégié l’interprétation objective et ont exclu le subjectif, jugé comme relevant de l’imagination. Le royaume « imaginaire » de l’expérience subjective se manifeste davantage à l’enfance, pour très vite s’estomper face aux institutions sociales et à la pression des pairs cherchant à mettre en place une réalité sociale consensuelle. Toutefois, ce mode de perception direct-intuitif est une composante évolutionnaire qui reste présente chez nous et pourrait commencer à se manifester chez les nouvelles générations d’enfants intuitifs.

Il est possible que les connexions non-linéaires d’espace-temps entre les espèces (ex : les communications globales) constituent l’un des aspects prédominants des années à venir. D’ailleurs, Internet nous en offre une représentation physique. Le mode direct-intuitif permettra surement une compréhension plus efficace ; car il contourne les organes de perception sensorielle filtrant habituellement les informations. Aussi agit-il en dehors des barrières linguistiques et ouvre la porte d’une conscience participative, partagée et collective.

Cette vision de la réalité en tant que « conscience participative » reflète un mode de perception intuitif lié aux nouvelles énergies de connexion, de communication, de collaboration et de compassion. Cette compréhension est en cours de validation grâce aux dernières découvertes scientifiques, notamment en mécanique et biophysique quantiques. La « conscience ordinaire » qui nous fait voir l’univers comme local n’est pas encore prête pour les royaumes de la réalité extraordinaire. L’époque actuelle, et en particulier les civilisations occidentales, n’a pas encouragé, ni même reconnu, le mode de perception non-local (l’expérience subjective). Par conséquent, ce dernier s’est atrophié et a rejoint le domaine des sciences ésotériques.

La vision de la réalité dite « rationnelle et objective » pourrait en être responsable. En effet, elle favorise un sens accru de l’individualisme, également nourri par l’égo. Par conséquent, elle appartient à la sphère du pouvoir, de l’argent, de la compétition et de l’avidité. Le mode direct-intuitif de la réalité, lui, englobe la coopération, la connexion, l’échange et la compassion. Il semblerait que nous soyons déjà en train d’observer l’émergence de ces nouvelles caractéristiques de la conscience humaine.

Cette notion d’une réalité de perception directe-intuitive pourrait nous conduire à la prochaine étape de l’évolution humaine ; au développement évolutionnaire de ce qui peut être appelé la conscience quantique, c’est-à-dire la base d’un esprit collectif pour l’espèce humaine. Plusieurs mystiques et chercheurs spécialisés dans le domaine de la conscience y ont fait allusion sous différentes appellations ; allant de conscience cosmique ou super-conscience, à conscience transpersonnelle, intégrale et bien d’autres encore… Toutes ont pour même thème une poussée de l’intuition, de l’empathie, une plus grande connectivité au monde et aux autres, ainsi que le sentiment de « savoir » ce que chaque situation exige.

L’émergence d’une forme de conscience directe-intuitive instillera très probablement en chacun un sens du grand tout cosmique ; la compréhension que l’humanité existe et évolue au sein d’un univers intelligent et signifiant : un univers vivant. Cela participera à transmettre au sein de l’humanité un élan spirituel plus profond et plus reconnu. Ainsi, les phénomènes extrasensoriels et les facultés intuitives accrues pourraient non seulement devenir une partie intégrante de nos vies mais également ouvrir la porte d’une plus grande créativité et de capacités inventives, nous permettant de faire notre chemin dans le monde. L’augmentation de ces attributs, chez un faible pourcentage de personnes pour commencer, pourrait un jour mener à une masse critique capable de faire basculer la conscience humaine vers une nouvelle vision du monde, un nouveau paradigme de perception.

Les aspects et les signes de ces nouveaux schémas de conscience se font déjà sentir dans le monde, mais pour le moment ils ne font pas partie de la recherche conventionnelle. Des agents évolutionnaires de « mutation » comptent parmi les visionnaires, les mystiques, les artistes, les médiums, les personnes intuitives, les maîtres spirituels et ceux que l’on appelle « enfants indigo ». Comme l’a remarqué le Dr. Richard Bucke dans ses travaux, Cosmic Consciousness (1901), les signes avant-coureurs de ce nouveau développement évolutionnaire sont visibles au sein de l’humanité depuis un certain temps.

Ainsi, des tentatives auraient été mises en place pour « labourer le sol mental » afin qu’une nouvelle conscience puisse lentement être semée et germer. Dans l’ensemble, les influences matérielles/culturelles/sociales tardent à réagir face à la nécessité d’un paradigme évolutif de la conscience humaine. Pourtant, ce n’est pas nouveau : l’histoire a montré que les nombreuses personnes ayant ressenti le besoin d’insuffler un élan évolutionnaire dans la vie sociale ont été impliquées dans des évènements révolutionnaires ou des bouleversements socio-culturels.

Nous pouvons donc spéculer que pour provoquer une croissance continue de l’espèce et de la culture, il y a des périodes précises de l’histoire où l’humanité est davantage prête, voire demande l’activation de facultés particulières ou de traits évolutionnaires. Pendant cette période de transition, l’humanité peut s’adapter ou être forcée de développer de nouveaux aspects de conscience, plus créatifs et inspirés. Cependant, tout changement de paradigme implique que les vieilles énergies laissent place aux nouvelles. Ce n’est qu’une question de temps avant que les nouvelles générations glissent vers une conscience évolutive et ses manifestations physiques. Il est donc crucial qu’une compréhension des sujets spirituels commence à transparaître dans nos vies quotidiennes pour contrebalancer notre matérialisme social.

Un besoin d’unité et non d’uniformité

Nous ne cherchons pas la « super-conscience » de l’homme supérieur décrit par Nietzsche. Il s’agit plutôt vraisemblablement d’une conscience différente, et donc d’un genre humain différent, sur le point d’émerger. Par conséquent, ce n’est pas « davantage de la même chose » mais plus de gens incarnant cette nouvelle conscience.

L’esprit humain est comme un grand récipient qui pourrait contenir la même eau pour tout le monde : un partage unifié. La voie vers l’unité, toute en diversité, commence par un besoin d’harmonie. Grâce à elle, nous pouvons calmer les eaux agitées. C’est à travers l’harmonie que nous pouvons célébrer nos différences avec tolérance, respect et patience ; sans jugement, commérage ou malaise envers les autres. Avec elle, nous pouvons commencer à nous rassembler et à collaborer ; à établir de la confiance et une vision partagée. D’abord, il nous faut lisser les troubles énergétiques présents dans le monde et cela commence en invitant l’harmonie chez soi – en soi, avec sa famille, ses partenaires, ses amis, ses rencontres et ses connaissances. A partir de là, cette énergie peut toucher et envahir le monde ; et résonner tout autour.

Dans les années à venir, il serait à notre avantage de développer une conscience qui soit ouverte aux impulsions spirituelles, tout en restant alertes et présents à nos communautés et cultures. Il est essentiel que nous revitalisions collectivement notre sens du bien-être et de la connectivité (notre intimité et notre empathie) comme faisant partie de notre voyage commun. Il est possible que des aperçus d’une conscience participative commune nous soient donnés pour permettre à l’humanité d’accéder à un cosmos d’informations et d’inspirations créatives inimaginables. Cela ouvrirait de nouveaux champs de vision sur une intelligence créative, annonçant l’étape suivante sur le chemin d’évolution de l’humanité.

SOURCE

Traduction réalisée par Jennifer Dureau (dureau.jennifer@gmail.com)

PDF – A Revolution in human consciousness_FR


Sam's est
Email à Sam's Webmaster | Tous les Articles de Sam's

Laisser un Commentaire ;-)